La régionalisation à la française, un processus encore bloqué

Par

Six ans après des réformes censées les transformer en profondeur, les régions ont pris une nouvelle dimension géographique et politique. Mais elles déplorent aujourd’hui une décentralisation qui n’est pas allée au bout de son élan. La faute, estiment-elles, à un État central qui restreint leurs compétences et leurs finances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La mandature qui s’écoule devait être celle de leur consécration. Plus de cinq ans après avoir vu leurs contours et leurs compétences élargies par les réformes territoriales de François Hollande, les régions occupent toujours une inconfortable place de benjamines dans le mille-feuille territorial français. « On est encore loin de ce qu’on peut obtenir », reconnaît Marylise Lebranchu, ministre socialiste de la décentralisation de 2012 à 2016.