Inégalités

L’arrêté « assis, debout, couché » d’Angoulême, nouvel avatar ubuesque de la chasse aux pauvres

Ces dernières décennies, plusieurs communes de France ont cherché par tous les moyens à effacer les populations marginales de l’espace public. Un phénomène qui gagne du terrain et pose une question cruciale : qui a droit à la ville ?

Yunnes Abzouz et Lucie Delaporte

19 juillet 2023 à 18h34

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À Angoulême (Charente) depuis le 12 juillet, il n’est donc plus permis, par arrêté municipal, d’être « debout », « assis » ou « couché » sur la voie publique, si l’on gêne la circulation. Arguant de nombreuses plaintes de riverains au sujet d’attroupements sur la place du Champ-de-Mars, la municipalité a pris, au cœur de l’été, cette étonnante décision.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

#FREEMORTAZA

Depuis le 7 janvier 2023 notre confrère et ami Mortaza Behboudi est emprisonné en Afghanistan, dans les prisons talibanes.

Nous ne l’oublions pas et réclamons sa libération.

En savoir plus sur #FREEMORTAZA