Caisses d'épargne: le patron perd son poste et l'une de ses primes

Par

Sur fond de crise, après l'annonce d'une perte de 600 millions d'euros sur les marchés financiers, le conseil de surveillance de la Caisse nationale des caisses d'épargne (CNCE), qui s'est tenu dimanche 19 octobre, à Paris, a écarté Charles Milhaud et a nommé à sa place, au poste de président du directoire, Bernard Comolet, jusque-là président de l'Ecureuil en Ile-de-France. Le patron déchu ne profitera pas de la prime de départ qui lui avait été allouée dans le passé et qui, selon nos informations, devait avoisiner 3 millions d'euros. Il a toutefois bénéficié en janvier 2007 d'un bonus exceptionnel de 150.000 euros pour le lancement de la banque Natixis, qui a ensuite fait naufrage en Bourse. Lire aussi:

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après un week-end entier de tractations en coulisse et un conseil de surveillance très agité, dimanche 19 octobre, dans l'après-midi et une partie de la soirée, de la Caisse nationale des caisses d'épargne (CNCE), une solution de sortie de crise a été trouvée, avec la mise à l'écart du président du directoire, Charles Milhaud, et de son bras droit, Nicolas Mérindol, et leur remplacement par deux dirigeants de la maison, Bernard Comolet (Caisse d'épargne d'Ile-de-France) et Alain Lemaire (Provence-Alpes-Corse). Le président déchu, qui voulait partir avec un très important parachute doré, qui approchait 3 millions d'euros, a dû y renoncer.