Réquisitions, cellules de crise : le ministère anticipe des turbulences pour les urgences

De nombreux services d’urgences sont proches de la rupture, et le Covid n’est cette fois pas seul responsable. Olivier Véran a réactivé les cellules de crise et autorisé les réquisitions de soignants par les préfets.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Durant huit nuits du mois de novembre, les urgences de Laval, préfecture de la Mayenne, ont fermé faute de médecins. « On couvre un bassin de population de 100 000 habitants, on prend en charge 35 000 passages aux urgences par an, on a un IRM accessible 24 heures sur 24, une maternité de niveau 2. Nous ne sommes pas un petit hôpital, explique la cheffe de service, Caroline Brémaud. Mais aux urgences, nous ne sommes plus que cinq praticiens hospitaliers, quand nous devrions être au minimum seize. Et nous ne sommes plus que deux et demi à assurer les gardes la nuit. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal