Les discriminations s’aggravent en Ile-de-France

Par

Une enquête menée en 2015 par l’Observatoire régional des inégalités montre une augmentation des discriminations déclarées par les immigrés et enfants d’immigrés d’Afrique subsaharienne et du Maghreb, par les musulmans et par les femmes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2008-2009, une vaste enquête nationale, nommée Trajectoires et origines (TeO), comparait de façon inédite les vies de 8 300 immigrés à celles de leurs descendants et à celles de Français sans ascendance étrangère. Ses résultats mettaient en évidence l’importance des discriminations auxquelles les enfants d’immigrés font encore face. Une enquête, menée en 2015 par feu l’Observatoire régional des discriminations en Île-de-France (qui a disparu avec l’arrivée de la droite à la tête de la Région) sur un échantillon plus réduit, montre qu’en sept ans, ces discriminations semblent s’être aggravées, notamment pour les femmes, les minorités visibles et les musulmans.