Seules des enquêtes postélectorales sérieuses pourront identifier les ressorts de la dynamique en faveur de Jean-Luc Mélenchon en cette fin de campagne présidentielle. À ce stade, le candidat de La France insoumise n’a en tout cas aucune raison de regretter la stratégie qu’il a adoptée, consistant à « fédérer le peuple » plutôt que « rassembler la gauche ».