A l’«école gitane» de Perpignan, des enfants aux ambitions perdues

Par

L’école La Miranda a la spécificité de n’accueillir que des enfants de familles gitanes. Alors que l’Éducation nationale a multiplié expérimentations et dispositifs dérogatoires, le taux de présence plafonne à 40 %, avec une ambition scolaire quasi inexistante. Anatomie dun « séparatisme » subi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Perpignan (Pyrénées-Orientales).– À la question de savoir quel métier ils pourraient exercer plus tard, les élèves de La Miranda louvoient. « Non, mais nous, on ne veut pas devenir avocats… », assènent-ils sans cesse. Cette école publique de Perpignan qui naccueille, par un effet de ségrégation sociale, que des enfants de familles gitanes regroupe 240 élèves aux ambitions perdues.