Migrants: des associations alertent sur les évacuations à la chaîne à Calais et Grande-Synthe

Par Elisa Perrigueur

Depuis la fin du vaste camp de la « jungle », en octobre 2016, les migrants sont toujours des centaines à se rendre dans ces villes des départements du Nord et du Pas-de-Calais, attirés par la Grande-Bretagne. Ils se heurtent à une politique de « non-fixation » qui « porte atteinte à leurs droits fondamentaux », dénoncent plusieurs associations humanitaires locales, dans un rapport paru jeudi 20 juin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils débarquent souvent à l’aube dans la zone industrielle des Dunes de Calais, survolée par les mouettes. Ahmad (son prénom a été modifié) et ses camarades somnolent encore sous leurs tentes. La toute première fois, le Soudanais de 19 ans qui s’exprime en anglais n’a pas « compris ce qu’ils voulaient ». Ces hommes en noir « très fermes », dit-il, « disaient “Allez, allez, on bouge” ».