« Karting » en prison : Éric Dupond-Moretti dans la roue de l’extrême droite 

Le ministre de la justice s’est ridiculisé samedi en promettant « une enquête » sur une activité qui s’est tenue à la maison d’arrêt de Fresnes en juillet. Organisée par l’administration pénitentiaire, cette journée a été validée par la voie hiérarchique. Il a suffi que quelques personnalités d’extrême droite s’en offusquent pour l’oublier.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Sur quoi tweeter, en plein été, lorsqu’on est ministre de la justice ? Pas la surpopulation carcérale (72 000 détenus pour 60 000 places au 1er juillet). Pas les vagues de chaleur successives qui frappent les prisonniers et, dans une moindre mesure, le personnel pénitentiaire. Pas les suicides à répétition à la maison d’arrêt de Nantes. Samedi 20 août, Éric Dupond-Moretti a trouvé un combat plus noble : le karting. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal