Le PS et son référendum, ou le cynisme malhabile et dépolitisé

Par

Jean-Christophe Cambadélis escompte organiser un référendum sur les marchés pour convaincre les appareils de l’autre gauche de la pertinence de l’union aux régionales de décembre. Peut-on à ce point vivre dans un monde parallèle ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce pourrait être drôle si ça ne devenait pas grotesque. Voilà désormais que le parti socialiste entend organiser un référendum pour s'adresser « directement » au « peuple de gauche » et « dépasser les partis tels qu'ils sont aujourd'hui », afin de lui demander s'il est favorable à l'union entre le PS et les autres partis de gauche aux régionales de décembre (lire ici). Voilà une belle entreprise de culpabilisation des partis de gauche divorcés du PS, afin de les contraindre à l’unité. Jean-Christophe Cambadélis était l’un des artisans de la gauche plurielle, il tente désormais de sauver les apparences d’une gauche “plus rien” en lambeaux.