Le FN étale ses divisions sur l'Europe

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J’ai entendu ce que m’ont dit les Français. Ils ont exprimé une crainte », explique Marine Le Pen, invitée de « L’émission politique » de France 2, au sujet de la sortie de l’euro, point phare de son programme présidentiel de 2017. La présidente du Front national faisait son grand retour médiatique après le débat raté qui l’avait opposée à Emmanuel Macron lors de l’entre-deux-tours de la présidentielle. Quelques jours plus tôt, le 12 octobre, à Valeurs actuelles, Marine Le Pen tenait ce langage : « Dans de nombreux domaines, on peut améliorer la vie quotidienne des Français sans quitter l'Europe ni l'euro. » Une phrase qui semblait annoncer une petite révolution dans la ligne frontiste sur l’Europe après avoir entendu le FN, des années durant, tancer sur tous les tons ce « projet technocratique, totalitaire et nuisible à nos libertés » (on peut écouter ici Marine Le Pen en 2011) que serait l’Union européenne. Une mise au point de la présidente du FN était attendue sur ces sujets.