La hot-line du collectif anti-islamophobie en surchauffe

Par

Les remarques ou incidents islamophobes se multiplient. Au Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), le téléphone ne cesse de sonner. Parmi les témoignages, plusieurs personnes ayant subi des perquisitions ou assignées à résidence sans comprendre pourquoi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ils ont trouvé quelque chose ? Non ? Il va quand même falloir prendre un avocat… » Leila tape à toute vitesse sur son clavier, casque sur les oreilles. Au bout du fil, une jeune femme raconte la perquisition qu’elle a subie la veille, à son domicile, en région parisienne. Elle s’inquiète car les policiers ont défoncé la porte, qui va payer la note ? Leila (voir notre Boîte noire) la rassure et enchaîne les questions : « Vous travaillez ? Votre mari aussi ? Il porte la barbe, quelle longueur ? Et vous, vous portez un voile ? Le hijab ou autre chose ? Les policiers vous ont remis un document ? Si votre mari se rappelle de quelque chose, il faudra nous l’envoyer… C’est bon, je vous ouvre un dossier. »