C’est la première grève d’ampleur pour Vincent Peillon. Alors que le ministre a fait de l’école primaire la grande priorité de sa « refondation de l’école », c’est paradoxalement là qu’il se trouve confronté à une très large mobilisation d’enseignants opposés à sa réforme des rythmes scolaires. Ce mardi 22 janvier, à l’appel de la quasi-totalité des organisations syndicales, plus de 300 écoles sur 662 devraient être totalement fermées à Paris. Les autres fonctionneront au ralenti. Le Snuipp, syndicat majoritaire dans le premier degré, annonce dans la capitale une mobilisation massive. Selon les chiffres parvenus au rectorat, 82,4 % des profs du primaire seront en grève.