Ecureuil-Banques populaires: l'Etat actionnaire, l'Elysée patron

Par
Ce sont les derniers rebondissements dans le dossier des Caisses d'épargne et des Banques populaires: selon des informations recueillies à très bonnes sources par Mediapart, François Pérol, l'actuel secrétaire général adjoint de l'Elysée en charge des questions économiques et sociales, quitterait ses fonctions et deviendrait l'homme fort de la nouvelle banque, une fois la fusion lancée, ce qui devrait être fait le 26 février. Et l'Etat va entrer au capital de la nouvelle banque à hauteur de 20%, sous la forme d'actions dites de préférence, c'est-à-dire sans droit de vote. Ces deux décisions risquent d'alimenter une vive controverse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont les derniers rebondissements et non des moindres dans le dossier passablement tourmenté des Caisses d'épargne et des Banques populaires: selon des informations recueillies à très bonnes sources par Mediapart, François Pérol, l'actuel secrétaire général adjoint de l'Elysée en charge des questions économiques et sociales, quitterait ses fonctions et deviendrait l'homme fort de la nouvelle banque, une fois la fusion lancée, ce qui devrait être chose faite le 26 février. Et l'Etat va entrer au capital de la nouvelle banque à hauteur de 20%.