Chômage: après l’échec des négociations, le pouvoir au pied du mur

Par

La séquence de discussion autour des règles de l’assurance-chômage, lancée il y a cinq mois, a capoté. Les syndicats ne veulent pas des économies demandées par le gouvernement sur le dos des chômeurs, et le patronat refuse le « bonus malus » sur les contrats courts voulu par Emmanuel Macron. L’exécutif peut désormais imposer ses choix, mais le fera-t-il ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une dernière rencontre, pour acter un échec, et commencer à s’interroger sur la nouvelle page qui s’ouvre. Mercredi 20 février, les syndicats et les organisations patronales se sont retrouvées au siège du Medef pour la dernière séance programmée de la négociation sur les nouvelles règles de l’assurance-chômage. En moins d’une heure, les participants ont reconnu leur incapacité à se mettre d’accord dans le cadre que leur avait imposé l’exécutif, par sa lettre de cadrage dévoilée fin septembre.