Vidéosurveillance: une sociologue derrière la caméra

Par

La sociologue Élodie Lemaire a passé seize mois aux côtés des différents acteurs du réseau de vidéosurveillance d’une ville des Hauts-de-France. Son livre, L’Œil sécuritaire. Mythes et réalités de la vidéosurveillance, dévoile une technologie limitée, par rapport aux promesses de ses promoteurs, par les luttes de pouvoir entre magistrats, policiers et vidéo-opérateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Élodie Lemaire a passé près d’un an et demi en immersion dans le monde de la vidéosurveillance. Entre les années 2014 et 2015, cette sociologue spécialisée dans les questions de sécurité et de justice a vécu le quotidien des différents maillons de la chaîne assurant la surveillance de Braville, une ville des Hauts-de-France dont le nom a été modifié pour protéger l’anonymat des personnes qu’elle a pu interroger.