Affaire Vincent Lambert: des juges valident l’acharnement thérapeutique

Par

Dans une décision surprenante, la cour d’appel de Paris contredit le Conseil d’État, et demande à ce que Vincent Lambert, en état végétatif, soit de nouveau alimenté et hydraté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

D’un côté, un patient en état de mort cérébrale depuis 2008, dont l’épouse demande avec sobriété et constance que l’on abrège ses souffrances. De l’autre, une petite foule en liesse, criant « On a gagné ! » dans les rues de Paris, comme après une victoire sportive ou électorale. C'est peu dire que la décision surprenante rendue par la cour d'appel de Paris, lundi 20 mai au soir, n'est pas vécue de la même façon par ceux qui défendent le droit à mourir dans la dignité, d'une part, et les partisans de la vie à tout prix, d'autre part.