«Le pouvoir politique est affaibli face au pouvoir policier»

Par

Les blessés lors des défilés précédents donnent le sentiment que la France, qui a fait figure de modèle en matière de maintien de l'ordre, est aujourd'hui débordée dans la gestion des foules. Et que se révèle une situation où le policier prend le pas sur le politique. Entretien avec le sociologue Fabien Jobard.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le préfet de police de Paris a finalement décidé, mercredi 22 juin, d'interdire la manifestation de jeudi contre la loi sur le travail. Après une journée de discussions avec les syndicats et d'atermoiements du pouvoir politique, la décision a été annoncée mercredi matin dans un communiqué de la préfecture (il est à lire intégralement ici). « Après examen attentif, ces propositions alternatives [les centrales syndicales ont proposé plusieurs parcours – ndlr] ne permettent en aucune façon de répondre à la nécessaire sécurité des personnes et des biens , ni aux exigences de mobilisation maximale des forces de police et des forces mobiles contre la menace terroriste qui se situe à un niveau élevé imposant des sollicitations exceptionnelles sur le territoire national. Dans ces conditions le Préfet de police considère qu’il n’a pas d’autre choix que d’interdire la tenue de la manifestation », indique le communiqué.