« Thérapies de conversion » : l’énième récupération de Marlène Schiappa

Par et

La ministre déléguée à la citoyenneté fait tout pour incarner le projet de loi visant à interdire les « thérapies de conversion », ces méthodes censées imposer l’hétérosexualité aux LGBT+. Déterminée à porter ce texte, qui sera débattu à l’Assemblée nationale le 5 octobre, elle n’hésite pas à invisibiliser ses collègues de gouvernement et à faire pression sur les associations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En survolant le compte Twitter de Marlène Schiappa, on pourrait presque penser que la ministre déléguée à la citoyenneté est la seule à porter la lutte contre les « thérapies de conversion » depuis des années. Le 14 septembre, on apprenait qu’une proposition de loi pilotée par la députée La République en marche (LREM) Laurence Vanceunebrock, visant à interdire ces méthodes censées imposer l’hétérosexualité aux personnes lesbiennes, gays, bis et trans (LGBT+), serait débattue le 5 octobre à l’Assemblée nationale.