L'affaire Chauprade révèle les contradictions du FN

Par

Marine Le Pen a écarté son conseiller international après sa vidéo dénonçant une « cinquième colonne » islamiste en France. Mais de nombreux responsables et cadres multiplient les liens entre islam, immigration, délinquance et terrorisme, loin du refus des amalgames que prétend défendre leur présidente.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« On a le culte de la cheftaine, mais ça grogne ! » résume un membre du bureau politique. Alors que Marine Le Pen a désavoué son conseiller international Aymeric Chauprade après sa vidéo sur une « cinquième colonne » islamiste qui existerait en France, de nombreux responsables et cadres se lâchent sur les réseaux sociaux et dans les médias, bien loin de la ligne de refus des amalgames qu'affiche la présidente du Front national.