Stupéfiants: Collomb choisit l’amende pour mieux réprimer

Par

Le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a choisi le 25 janvier 2018 de maintenir la possibilité de poursuites pénales pour les consommateurs de stupéfiants, tout en créant une amende forfaitaire délictuelle. Cette réforme est déjà très critiquée : elle risque de créer une nouvelle usine à gaz, de systématiser la répression et d’éloigner toute approche sanitaire et sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un jour à peine après la remise d'un rapport parlementaire sur le sujet, le ministre de l'intérieur Gérard Collomb a déjà tranché jeudi 25 janvier 2018 : il n'y aura pas de contraventionnalisation pour usage de stupéfiants, mais une amende forfaitaire délictuelle. Celle-ci n'empêchera pas d'éventuelles poursuites pénales, voire des emprisonnements.