Au programme (17). Des candidats sans idée sur la question des sans-abri

Par

Bien pratique pour le FN lorsqu’il s’agit de pointer du doigt les migrants, la question des sans-abri et, plus largement, celles du mal-logement et de l’hébergement d’urgence ont été très peu présentes dans les débats de la campagne. Avec des centaines de morts par an, il y a pourtant urgence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le chiffre du collectif Les Morts de la rue est colossal. Et pourtant, il est certainement bien en deçà de la réalité. Fin mars, La Croix publiait le nom des 501 personnes décédées en 2016 sur la voie publique, en abri de fortune ou en structure d’hébergement. Elles avaient 49 ans en moyenne et sont le plus souvent mortes de causes violentes (accident, suicide, agression, noyade…) ou de maladie. Les associations qui luttent contre le mal-logement ont multiplié les appels aux candidats à la présidentielle pour les alerter sur le sujet. En vain. Ce dernier fait figure de grand oublié de la campagne.