Dans les Hautes-Alpes, le coup de com des identitaires contre les migrants

Par

Les militants du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire ont remballé, dimanche après-midi, la banderole anti-migrants qu’ils avaient déployée la veille à la frontière transalpine. Le buzz a duré tout le week-end.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’opération de communication a réussi. Les militants de Génération identitaire, qui bloquaient depuis samedi le col de l’Échelle (Hautes-Alpes) emprunté par les migrants pour passer d’Italie en France, ont quitté les lieux, dimanche en début d’après-midi, sous escorte des gendarmes. Si, de l’aveu même de Romain Espino, porte-parole de Génération identitaire, à l’AFP, aucun de la petite centaine de participants n’a « été en contact avec des migrants », le groupuscule d’extrême droite est parvenu à ses fins : faire parler de lui durant tout le week-end. « La mission est une réussite, nous avons réussi à attirer l'attention médiatique et politique sur le col de l'Échelle », a fanfaronné Romain Espino.