Désistement républicain : la gauche s’efface, mais à quel prix ?

Par et

Face à la menace RN en Paca et sous la pression des appareils parisiens, la tête de liste des gauches a fini par se retirer pour laisser le champ libre au LR Renaud Muselier. Un choix défendu d’un point de vue moral, mais qui pose des problèmes d’efficacité politique et de représentativité démocratique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Disparaître, tout simplement. C’est le choix qui a été fait par les gauches en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) au lendemain du premier tour des régionales et départementales. Après avoir annoncé, dimanche soir, le maintien de ses listes, en rappelant que « les citoyens attendent autre chose que l’effacement de leurs valeurs et de leurs idées », le candidat écologiste Jean-Laurent Félizia s’est finalement retiré lundi (lire l’article de notre partenaire Marsactu). À contrecœur et sous la pression des instances nationales qui le soutenaient jusqu’alors, d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) au Parti socialiste (PS).