La justice est aussi sur les traces de Copé

Par et
Le secrétaire général de l'UMP apparaît dans la comptabilité du marchand d'armes. Takieddine s'est servi de l'ancien ministre du budget dans les litiges fiscaux d'hommes d'affaires. Un courrier de Copé efface pour les deux tiers l'ardoise du patron d'un groupe agroalimentaire, Gérard Achcar.
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Jean-François Copé, l'homme chargé de mettre le parti présidentiel « en ordre de bataille » pour 2012, pourra-t-il tenir jusque-là ? Le secrétaire général de l'UMP, ancien ministre du budget, est un proche de Thierry Gaubert et de Nicolas Bazire qui viennent d'être mis en examen par le juge Renaud Van Ruymbeke dans l'affaire des ventes d'armes à l'Arabie saoudite et au Pakistan. Et il pourrait être visé et entraîné à son tour dans l'affaire.

Des pièces obtenues par les policiers montrent que le marchand d'armes Ziad Takieddine a utilisé, en 2005, sa relation avec le ministre du budget dans les litiges fiscaux d'autres hommes d'affaires, dont Gérard Achcar, le patron d'un puissant groupe agroalimentaire.

MM. Copé et Takieddine au Liban © Mediapart MM. Copé et Takieddine au Liban © Mediapart

La comptabilité de M. Takieddine fait aussi apparaître les largesses dont aurait bénéficié le ministre, entre 2003 et 2005, alors qu'il était ministre et porte-parole du gouvernement Raffarin. D'abord ministre des relations avec le parlement, Jean-François Copé devient, en mars 2004, ministre délégué à l'intérieur, auprès de Nicolas Sarkozy, puis en novembre 2004, ministre du budget.

Il s'agit pour l'essentiel d'invitations et de déplacements au cap d'Antibes, à Londres, à Venise et à Beyrouth. Ces dépenses pourraient faire partie du périmètre du «recel» d'abus de biens sociaux reprochés à M. Takieddine sur les sommes obtenues sur les marchés d'armement.

M. Copé dans la propriété de M. Takieddine, au Cap d'Antibes, en août 2003. © Mediapart M. Copé dans la propriété de M. Takieddine, au Cap d'Antibes, en août 2003. © Mediapart

La comptabilité entre les mains des policiers fait apparaître un «avoir de la famille Copé» s'élevant à 19.050 euros, signalé dans un compte récapitulant les voyages commandés à la société Translebanon. En voici un extrait:

Questionné par Mediapart en juillet, M. Copé a justifié ces voyages par des « relations strictement amicales », « sans aucun lien » avec ses «activités électives ou ministérielles». Récemment questionné sur Canal +, il a même assuré qu'il ne connaissait pas « les activités professionnelles » de Ziad Takieddine.

En voyage au Liban. © Mediapart En voyage au Liban. © Mediapart
Comme nous l'avons révélé, M. Takieddine, résident fiscal en France, a dissimulé au fisc pendant plus de dix ans ses revenus et ses propriétés grâce à un réseau d'hommes de paille et de sociétés prête-noms (lire notre précédente enquête ici). Jeudi 8 septembre, les policiers ont perquisitionné, durant cinq heures, les bureaux de son avocat fiscaliste, Me Richard Foissac – du cabinet Francis Lefebvre à Neuilly-sur-Seine.

Propriétaire d'un patrimoine estimé à plus de 100 millions d'euros, M. Takieddine ne payait ni l'impôt sur le revenu, ni l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Alors qu'il fréquentait assidûment ses diverses propriétés, M. Copé aurait tout ignoré de la situation fiscale de son ami. Le cabinet du secrétaire général de l'UMP a précisé, jeudi, à Mediapart, que « Jean-François Copé n'est jamais intervenu personnellement sur la situation fiscale de M. Takieddine ». Plusieurs contrôles avaient en tout cas été enclenchés en 2005, sans suite.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous