Les ubérisés roulent pour Ken Loach

Par et

Le nouveau film de Ken Loach sort en salles mercredi 23 octobre. Après avoir dénoncé les failles du système social anglais dans Moi, Daniel Blake, le réalisateur anglais nous revient avec Sorry We Missed You, une critique acerbe de l’ubérisation. Nous avons regardé ce film avec les principaux intéressés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’est un documentaire, plus qu’une fiction », pour Jean-Daniel Zamor, livreur et président du Collectif des livreurs autonomes de Paris, le Clap. Une impression partagée par Yannis, livreur chez UberEats, qui estime que « le film correspond bien à la réalité, notamment sur cette notion de liberté qu’on nous vend ». Pour les travailleurs ubérisés avec qui nous sommes allés voir le nouveau film de Ken Loach, Sorry We Missed You, le constat est unanime. En salles le 23 octobre, le film conte l’histoire très réaliste de Ricky Turner, père d’une petite famille anglaise qui, lassé d’enchaîner les emplois précaires, décide de devenir livreur de colis pour une société qui ressemble à s’y méprendre à un sous-traitant d’Amazon.