13-Novembre : « On décrit l’horreur et au milieu se glisse l’amour »

Aurélie, la compagne de Matthieu, un jeune universitaire tué lors de l’attaque du Bataclan, redoutait de participer au procès. Elle a expliqué à la cour d’assises « l’humanité » qu’elle y a découvert.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Je n’étais pas au Bataclan, annonce à la barre Aurélie, cheveux et lunettes dorés, chemisier noir. Je n’ai pas vu, pas entendu, pas senti. Je n’ai pas marché sur des corps, ni rampé dans une mer de sang. Je n’ai pas passé deux heures dans le ventre du monstre. J’ai perdu l’homme que j’aimais. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal