SNCF: le nouveau scandale de Brétigny

Par

Selon des écoutes téléphoniques consultées par Mediapart, les aiguillages de Brétigny sont restés « pourris » et « non conformes » pendant au moins un an après le déraillement qui a fait sept morts en juillet 2013. Pour tenter de masquer cette situation catastrophique à la justice, la SNCF a essayé d'« édulcorer » un rapport interne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce 23 juin 2014, Jean-Bruno Delrue, directeur de l’établissement de maintenance SNCF sud-ouest francilien, est très en colère. Une semaine plus tôt, deux de ses agents qui travaillaient sur les voies ont failli être écrasés par un train à cause d’une panne d’avertisseurs. Et voilà que le service de communication lui demande de participer à un point presse à Brétigny (Essonne) pour l’anniversaire de l’accident qui a fait sept morts et une trentaine de blessés un an plus tôt. L’objectif : montrer aux journalistes les résultats concrets de Vigirail, le plan d’amélioration du réseau mis en place après le drame.