La juge Isabelle Prévost-Desprez définitivement relaxée

Par

La magistrate Isabelle Prévost-Desprez est relaxée par la cour d’appel de Bordeaux, comme en première instance. Elle était jugée pour violation du secret professionnel, sur fond de règlements de comptes en marge de l’affaire Bettencourt.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sauf à ce qu’un très improbable « pourvoi dans l’intérêt de la loi » soit formé par le procureur général de la cour d’appel de Bordeaux, la magistrate Isabelle Prévost-Desprez en a enfin terminé avec sept années éprouvantes de harcèlement judiciaire. L’actuelle présidente de la XVIe chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris a en effet été relaxée, ce jeudi 23 mars, par la cour d’appel de Bordeaux, qui la rejugeait pour « violation du secret professionnel » après sa relaxe en première instance, en juillet 2015, dont avait fait appel la procureure Marie-Madeleine Alliot. Sollicités par Mediapart, Isabelle Prévost-Desprez et son avocat, François Saint-Pierre, se disent soulagés et heureux. Ce procès faisait suite à une procédure au cours assez critiquable, pour plusieurs raisons.