«Ni de gauche ni de droite», c'est «le gros handicap» de Bayrou

Par

Était-ce la candidature de trop pour Bayrou ? De troisième à cinquième homme, le centriste a divisé son score par deux pour cette troisième présidentielle. Comment expliquer ces 9,13 %? Entretien avec Nicolas Sauger, chercheur au Centre d'études européennes de Sciences-Po.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

François Bayrou ou l'histoire d'un capital électoral − éphémère et volatil − liquidé en cinq ans. En 2007, François Bayrou, candidat de l'UDF, réalisait un score à deux chiffres dans tous les départements, se plaçant parfois en première et deuxième position (voir la carte des résultats sur le site du Monde). Troisième homme au niveau national, il totalisait 18,57 % des voix, soit quasiment trois fois plus que son score de 2002 : 6,84%.