La «corruption à bas bruit» des policiers de Vénissieux

Par

En septembre 2012, treize Lyonnais, dont sept policiers et deux délégués du procureur, étaient interpellés pour des soupçons de corruption. À l'heure des comptes, le dossier révèle une « corruption à bas bruit » de certains policiers, mais surtout la manipulation d'un des témoins sous X à l'origine de l'affaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 11 septembre 2012 à l’aube, treize Lyonnais sont interpellés pour des soupçons de corruption. Parmi eux, sept policiers de l'agglomération lyonnaise et deux délégués du procureur. Les fonctionnaires, dont quatre en poste au commissariat de Vénissieux, sont soupçonnés d’avoir rendu des services à une famille de Vénissieux, dont deux frères possédaient un casier judiciaire. C’est même le Raid, qui vient à 6 heures du matin cueillir dans sa villa de Saint-Didier-au-Mont-d’Or, l’aîné de la famille H., gérant d'une société de discount en matériel électroménager.