Tapie : pourquoi un recours en révision est urgent !

Par

Professeur de droit et grand spécialiste de l'arbitrage, Thomas Clay explique dans un entretien vidéo avec Mediapart les conséquences de la probable mise en examen de Christine Lagarde, actuellement entendue par la Cour de justice de la République. Il estime par ailleurs que l'arbitrage dont a profité Bernard Tapie est une « manipulation » et qu'à ce titre, l'État doit en urgence envisager un recours en révision.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’audition de Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), par les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) a commencé comme prévu, jeudi 23 mai, en début de matinée et devrait s’achever vendredi par sa mise en examen pour « complicité de faux » et « complicité de détournements de fonds publics ». À l’heure où cet article est mis en ligne, rien n'a encore filtré de ce rendez-vous judiciaire, mais il s’avère dès à présent qu’il aura de gigantesques répercussions.