ONF : ce service public qu'on abat

Par
Est-ce la « solitude » du forestier isolé dans les bois qui a provoqué ces quatre suicides en moins d'un mois, comme Nathalie Kosciusko-Morizet l’affirme ? Non. Mediapart est allé vérifier sur le terrain: à l’ONF, c'est toute l'organisation du travail qui dérape, plombée par la RGPP, le non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux et le management déshumanisé par les objectifs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tout est là. L'absurdité de la gestion de l'Office national des forêts (ONF), le crève-cœur du forestier Claude Ammerich, un énorme tas de bois. Vingt hectares de la forêt de L'Isle-Adam (Val-d'Oise) ont été rasés il y a deux ans. Depuis, le bois coupé attend, en proie aux intempéries. Les troncs se sont tous fendus. Aujourd'hui, les arbres centenaires sont tout juste bon à être brûlés. Les lots ont déjà été faits. A la place de la forêt, un sol nu, un paysage défiguré.