Cohn-Bendit: le trublion qui trouble la gauche

Par
Grande gueule, la tête d'affiche d'Europe-Ecologie a bousculé les militants lors des universités d'été de Nîmes, mais l'emporte toujours à l'applaudimètre. Ayant décidé de rester présent dans la vie politique française, il plaide pour que l'écologie politique refonde la gauche en la recentrant. Porté par la dynamique des européennes, il garde même la confiance de Verts jusqu'ici méfiants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réunion plénière d'Europe-Ecologie touche à sa fin, vendredi soir, dans le grand amphi de l'université de Nîmes. Les bancs se vident déjà, car les Verts ont leur réunion de courants, rituellement fixée la deuxième soirée de leurs journées d'été. Daniel Cohn-Bendit, agacé, ne parvient pas à conclure, entamant avec Cécile Duflot un mano a mano sur la question sensible des... «sensibilités», ces différentes tendances qui rythmaient jusqu'ici la démocratie interne du parti écologiste.