Violences conjugales du colonel Steiger : la lettre ignorée par Marlène Schiappa

Par et

Avant qu’Éric Steiger ne soit promu à la tête de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, son épouse avait alerté la ministre sur les violences dont elle faisait l’objet. Elle n’a jamais reçu de réponse à son courrier, que nous publions en intégralité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Passée la déflagration de l’affaire Éric Steiger demeure une question centrale : pourquoi a-t-il fallu attendre la révélation par Mediapart de la condamnation pour violences conjugales du colonel de gendarme, parfaitement connue de sa hiérarchie, pour qu’il quitte, dans les 48h, la tête du commandement de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, à laquelle il venait d’être promu ?