Nicolas Sarkozy: Patrick Buisson, c’était lui

Par

L'ex-chef de l'État poursuit sa tournée dans le sud-est de la France, à la rencontre du noyau dur des militants UMP qui le sacreront sans nul doute président du parti en novembre. L'occasion pour lui de se détendre « en famille » et d'aborder sans complexe l'un de ses sujets de prédilection : l'immigration. Sans son ancien conseiller Patrick Buisson, mais toujours avec ses accents d'ultra-droitisation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les réunions de famille sont souvent des moments très gênants. Surtout vers la fin du repas, lorsque cet oncle volubile, que l’on prend soin d’éviter le reste de l’année, se met à aborder des sujets comme la politique, la religion ou l’immigration. À Nice (Alpes-Maritimes) le 21 octobre, puis à Toulon (Var) le lendemain, cet oncle si prompt à l’amalgame et aux formulations malheureuses a pris les traits de Nicolas Sarkozy. L’ancien président se sent dans le Sud-Est comme chez lui. À l’aise. Détendu. Un peu trop peut-être.