Face aux sociétés d’autoroutes, un Etat incompétent

Par

La Cour des comptes et la commission des finances de l'Assemblée dénoncent les conditions accordées aux sociétés concessionnaires des autoroutes. Depuis la privatisation de 2006, l'argent entre à flots dans leurs caisses. Sans contrôle ou presque.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’État a décidément fait une bien mauvaise affaire en privatisant les autoroutes, début 2006. Commandé par la commission des finances de l’Assemblée, un rapport de la Cour des comptes, présenté ce mercredi aux députés, dresse un constat accablant sur les relations entre les sociétés qui ont obtenu la gestion des presque 9 000 kilomètres d’autoroutes et l’État, dépassé. Selon la Cour, la puissance publique est bien incapable de s’assurer que Vinci, Eiffage (mastodontes du BTP) et Sanef (spécialiste des infrastructures de transports présidé par Alain Minc), qui ont la main sur les trois quarts du réseau, n’augmentent les tarifs des péages que dans une mesure raisonnable. L’État n’est même pas en mesure de leur faire respecter la loi.