Les dérives de la formation des élus continuent

Par Pierre Januel

Il y a un an, Mediapart révélait les graves dérives d’un dispositif de formation des élus locaux qui avait englouti 20 millions d’euros en 2019. En 2020, rien n’a changé. Le gouvernement avait promis de réécrire la loi. Le texte tout juste adopté manque singulièrement d’ambition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2015, dans une loi portée par Jacqueline Gourault, alors sénatrice, le Parlement avait créé un droit individuel à la formation des élus locaux (DIFE). En plus des formations payées par les collectivités, chaque élu a alors eu droit à 20 heures de formation par an, pour la formation et l’organisme de son choix. Mal pensé, ce dispositif a été confié à la Caisse des dépôts et consignations, qui l’a récupéré en renâclant.