Des élèves se réfugient chez les cathos pour échapper au ghetto

Par Prisca Borrel

Dans les quartiers populaires, du Havre à Montpellier, Toulouse ou Vannes, des familles tentent d’offrir « l’égalité des chances » à leurs enfants en choisissant le privé. À l’heure de la loi contre le « séparatisme islamiste », ces parents bataillent plutôt contre la ségrégation sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Du plus loin qu’il s’en souvienne, Gino Ximenez, dit Boulito, n’a jamais aimé l’école. Du moins pas celle de son enfance, cité Gély, à Montpellier (Hérault), où l’ascenseur social semble n’avoir jamais décollé.