France

Villepin 2010 a oublié Villepin 2005-07

Jeudi, Dominique de Villepin a travaillé sa posture de présidentiable. Dans un discours gaullien en diable, et se positionnant à gauche surplusieurs thèmes, il a balayé la politiquede Sarkozy. En oubliant un peu vite qu'il avait lui-même été aux affaires. Mediapart a mis enparallèle son discours de 2010 et sapolitique à Matignon (2005-2007). Décryptage.

Marine Turchi et Mathieu Magnaudeix

25 mars 2010 à 19h19

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

«Je n'entends pas présenter un programme, mais des pistes.» Jeudi matin, c'est pourtant un véritable discours de politique générale qu'a livré Dominique de Villepin devant les journalistes, au Press Club, dans le XVe arrondissement de Paris. L'ancien premier ministre a redit qu'il n'était «pas là pour défendre une ambition personnelle (mais) une vision, un projet». Une «contribution» pour les «deux prochaines années» qu'il compte développer à travers un «mouvement libre et indépendant, ouvert à tous, (...) au-dessus des clivages partisans», qui sera lancé le 19 juin.
«Il s'agit de savoir quelle France, quel modèle nous voulons défendre», a-t-il lancé, prônant une «France originale, du pouvoir d'achat et de la qualité de vie». Il assure ne «revendiquer aucune forme de paternité, mais des héritages». Mais assume-t-il son propre héritage? Dominique de Villepin a été secrétaire général de l'Elysée (mai 1995-mai 2002), ministre des affaires étrangères (mai 2002-mars 2004), puis ministre de l'intérieur (mars 2004-mai 2005). Il a aussi et surtout été premier ministre de Chirac pendant deux ans (mai 2005 à mai 2007). Mediapart a mis en parallèle son discours de ce 25 mars 2010 et sa politique de 2005-2007. Décryptage de ces «deux Villepin».

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

International — Article
par à l’air libre
France — Article
par Lucie Delaporte
France — Reportage
par Ellen Salvi
International — Analyse
par Romaric Godin
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions