«Mise en danger de la vie d’autrui», l’argument massue du confinement

Par

Parce qu’ils ne respectaient pas le confinement, des particuliers ont été gardés à vue, poursuivis et condamnés pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Des juristes se disent sceptiques sur ce « détournement » d’une infraction conçue à d’autres fins. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Se réunir au pied d’un immeuble. Sortir sans attestation, ou sous un faux prétexte. Faire fi des distances de sécurité. Ne pas respecter le confinement constitue-t-il une « mise en danger de la vie d’autrui » ? Dans cette période effrayante, la réponse majoritaire serait certainement un grand « oui ». Mais d’un point de vue juridique, ce n’est pas si évident. Interrogés par Mediapart, quatre universitaires émettent de fortes réserves sur l’utilisation actuelle de cette qualification.