Ils soignent les blessés des violences policières: génération «street medics»

Par

Face à la répression des forces de l’ordre, ils ont fait le choix de s’engager bénévolement pour soigner les blessés. Certains étaient formés. D’autres ont appris sur le tas. Mais tous, en rejoignant les « street medics », ont changé le cours de leur vie. Alors que s’engage le « 28e acte », ils racontent leurs motivations, leurs parcours, leurs peurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’intensification de la répression des forces de l’ordre et le nombre de blessés graves les ont convaincus de franchir le pas. Soignants de profession ou volontaires, les « street medics » interviennent dans les manifestations pour apporter leur aide aux blessés. Ils portent des casques de skate-board, des lunettes de ski, des masques à gaz, et trimbalent dans leurs sacs du sérum physiologique, des bandages, des désinfectants…