Le passe sanitaire adopté par l’Assemblée nationale

Par

Les députés ont voté, mardi soir, le projet de loi de « gestion de la sortie de crise sanitaire » négocié avec les sénateurs. Le passe ne pourra être exigé, théoriquement, que jusqu’au 30 septembre, et ne pourra être vérifié que par des personnes habilitées. La gauche annonce un recours devant le Conseil constitutionnel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Assemblée nationale a adopté, mardi soir, le projet de loi de « gestion de la sortie de crise sanitaire », qui contient notamment le passe sanitaire, par 119 voix contre 51, et 24 abstentions (voir ici le scrutin). Alors qu'un ultime vote est prévu jeudi au Sénat, qui vaudra adoption définitive, le député Éric Coquerel (LFI) a dénoncé un texte qui « pèche tant par son efficacité sur le plan sanitaire que par son autoritarisme ». Avec les communistes et les socialistes, les Insoumis ont déjà annoncé un recours devant le Conseil constitutionnel.