Emmanuelle Ménard, radicale-voltairienne tendance fusion des droites

Par

Jadis « responsable Afrique » à la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, elle est aujourd’hui élue députée avec le soutien du Front national et de Debout la France. Un parcours atypique qui laisse pantois ceux qui ont connu au fil de ses pérégrinations cette juriste devenue journaliste, défenseure d’une liberté d’expression à tout crin et désormais figure de proue de l’union des droites radicales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle refuse l'étiquette « apparentée FN », se revendique de l'« union des droites ». Assise à la gauche des députés frontistes et à la droite des Républicains, lors du discours de politique générale du premier ministre à l’Assemblée nationale, celle qui a été élue avec le soutien d’une bonne partie de ce que le pays compte de formations à tribord de LR fait physiquement office de trait d’union entre les droites parlementaires dans l’hémicycle. Emmanuelle Ménard, 48 ans, est la nouvelle députée de la sixième circonscription de l’Hérault. Celle de Béziers, dont son mari – le tonitruant Robert Ménard – est maire depuis 2014.