Le port d'arme accordé à Benalla ne faisait pas consensus

Par
Un haut responsable de la sécurité d'Emmanuel Macron, Frédéric Auréal, chef du Service de la protection (SDLP), a déclaré mercredi qu'il s'était en vain opposé à ce qu'Alexandre Benalla bénéficie d'un permis de port d'arme, qu'il a finalement obtenu en octobre 2017 après trois refus du ministère de l'Intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - Un haut responsable de la sécurité d'Emmanuel Macron, Frédéric Auréal, chef du Service de la protection (SDLP), a déclaré mercredi qu'il s'était en vain opposé à ce qu'Alexandre Benalla bénéficie d'un permis de port d'arme, qu'il a finalement obtenu en octobre 2017 après trois refus du ministère de l'Intérieur.