Bouches-du-Rhône: premier test pour Harlem Désir

Par

Le premier secrétaire Jean-David Ciot, proche de Jean-Noël Guérini, garde la haute main sur le PS des Bouches-du-Rhône, englué dans les affaires. Mais la perspective de primaires municipales et d’une commission d’éthique entretient le maigre espoir des rénovateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rien ne change dans le PS des Bouches-du-Rhône. Ou si peu. À l’issue des votes locaux pour le congrès socialiste, le pouvoir des proches de Jean-Noël Guérini est toujours aussi fort. Malgré le rapport réalisé par Alain Richard (lire ici), après les attaques d’Arnaud Montebourg sur le « système mafieux » du PS local, le premier secrétaire sortant, Jean-David Ciot, lieutenant de Guérini et récemment élu député, va être réélu dans un fauteuil. Le « PS 13 » se présente déjà comme l’emblème des difficultés à venir de Harlem Désir. Ce dernier va devoir trancher entre la rénovation du parti entamée sous Martine Aubry, et la nécessité d’assurer un rôle de rassembleur dans un parti déjà tourné vers les prochaines municipales.