Vote Aubry-Royal: enquête à Lille où les accusations de fraudes se multiplient

Par
Des taux de participation qui passent de 62 à 93% en vingt-quatre heures, des votes Aubry gonflés, des PV non signés: autant d'irrégularités qu'a relevées le camp Royal dans le fief de Martine Aubry, en en faisant son cheval de bataille. Certains pointent du doigt des «pressions sur les secrétaires de section» de la part des proches d'Aubry. Ces derniers dénoncent une «tentative de déstabilisation» de leur candidate. Enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est 17h15 lorsque Martine Aubry arrive dans sa section du Vieux-Lille, vendredi 21 novembre. Tout sourire depuis le ralliement, dans la nuit, de Benoît Hamon, la maire de Lille est confiante quant à ses chances de l’emporter. Devant les caméras, elle embrasse les membres du bureau de vote et a un mot pour chacun. «Ça n’a pas l’air d’aller toi?», glisse-t-elle, réconfortante, à Elise Ovart-Barrate, la secrétaire de la section, qui fut son attachée de presse voilà quatre ans.