Il est 17h15 lorsque Martine Aubry arrive dans sa section du Vieux-Lille, vendredi 21 novembre. Tout sourire depuis le ralliement, dans la nuit, de Benoît Hamon, la maire de Lille est confiante quant à ses chances de l’emporter. Devant les caméras, elle embrasse les membres du bureau de vote et a un mot pour chacun. «Ça n’a pas l’air d’aller toi?», glisse-t-elle, réconfortante, à Elise Ovart-Barrate, la secrétaire de la section, qui fut son attachée de presse voilà quatre ans.