Assurances: ces clauses qui pénalisent les gilets jaunes blessés

Par

Dans les contrats des assurances et des complémentaires santé, les blessures causées lors des manifestations ne sont souvent pas prises en charge.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Parisien révèle que les gilets jaunes sont souvent très mal remboursés ou pas remboursés du tout par leurs assurances pour les blessures qu’ils peuvent avoir eues pendant des manifestations. Explication : « Certains, comme Gabriel et son frère Florent, blessés à Paris lors de l’acte 2, le 24 novembre, sont ainsi confrontés au refus de leur assurance complémentaire santé de prendre en charge les frais de soins. D’autres blessés découvrent qu’ils ne pourront pas toucher de pension d’invalidité. Pourquoi ? Réponse, par exemple, page 13 de la notice d’information du contrat de prévoyance de la mutuelle SAM-Vie, qui couvre le décès, l’invalidité et les arrêts de travail. Au milieu de la clause excluant des garanties le suicide, les cataclysmes, le terrorisme, les actes de guerre, on peut lire que « sont exclus les sinistres résultant de mouvements populaires (sic), d’émeutes. »