Mediafact: Sarkozy, le fantôme de l'affaire Bygmalion

Par et

Nicolas Sarkozy a été mis en examen le 16 février par le juge Tournaire pour financement illégal de campagne électorale. Mais il assure n'avoir aucun lien avec l'affaire Bygmalion, ces millions d'euros de fausses factures du principal prestataire de sa campagne. Mediafact passe sa défense au vérificateur.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

En moins de deux ans, Nicolas Sarkozy a été mis en examen deux fois : en juillet 2014 dans l'affaire des écoutes (dite Bismuth), et dernièrement le 16 février. Le juge parisien Serge Tournaire lui reproche d'avoir dépassé le plafond de dépenses autorisées pendant la campagne présidentielle de 2012. L'enquête porte sur les fausses factures du principal fournisseur de sa campagne, l'entreprise Bygmalion, très liée à l'UMP, et plus largement sur les millions d'euros de frais jamais inscrits au compte.

Sitôt Nicolas Sarkozy mis en examen, ses proches ont avancé plusieurs arguments pour minimiser cette mise en examen et affirmer que leur champion, qui envisage de se présenter à la primaire de la droite à venir, n'a rien à voir avec l'entreprise Bygmalion. Pour le cinquième numéro de Mediafact, l'émission de « fact-checking » de la rédaction, Mathilde Mathieu passe leurs éléments de langage au tamis.

Mediafact #5: Sarkozy, fantôme de l'affaire Bygmalion

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale