François Rebsamen : « On peut parler de fiasco à Toulouse »

Avec la tuerie de Toulouse, Nicolas Sarkozy veut relancer le débat sur la sécurité et le supposé « laxisme » de la gauche. Chargé du sujet dans l'équipe de campagne de François Hollande, François Rebsamen, 60 ans, sénateur-maire de Dijon, récuse ce procès et dénonce à son tour, notamment, le rôle de Claude Guéant. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusque-là peu présent dans la campagne, le débat sur la sécurité a brutalement refait surface avec la tuerie de Toulouse. Nicolas Sarkozy espère une nouvelle fois profiter du procès ès “laxisme” ou “angélisme” qu'il fait au Parti socialiste depuis plus de dix ans. Chargé du sujet au sein de l'équipe de campagne de François Hollande, François Rebsamen, 60 ans, sénateur-maire de Dijon, récuse ces allégations et demande une enquête sur les événements qui ont conduit à la mort de sept personnes dans la région de Toulouse. Surtout, il assume le rôle de “méchant” qu'il a longtemps tenu au PS. Quitte à ne pas toujours se démarquer de la ligne sécuritaire de Nicolas Sarkozy…